Jordanie

  • Capitale : Amman
  • Langue officielle : Arabe
  • Langue touristique : Anglais
  • Décalage horaire : +1h
  • Temps de vol : Comptez 5h de vol pour arriver à Amman depuis Paris
  • Monnaie : Dinar Jordanien (JOD)
  • Salaire moyen : 560€
  • Drone : Interdit (voir la liste)
  • Période idéale : En automne

Budget, visa, vaccins, drone, coutumes, dangers…

Pour être sûr de ne rien rater

Mon aventure en Jordanie

Située entre la mer Rouge et la mer Morte en plein Moyen-Orient, la Jordanie contraste avec l’image récurrente des pays limitrophes en proie à une violence permanente et qui effraient les touristes.
Comme bien d’autre, elle a connu des temps difficiles, mais aujourd’hui c’est une destination sûre où l’on t’accueille les bras ouverts pour en découvrir ses richesses. Que l’on soit féru d’histoire ou en quête d’une nature fantasmagorique, la Jordanie met tout le monde d’accord avec ses splendides vestiges d’anciennes civilisations et ses paysages tantôt désertiques, rocheux ou ensablés.

Le désert du Wadi Rum

Mine de rien c’est pas si loin de la France que ça. A peine 5h30 de vol et pour côtoyer les serpents du désert du Wadi Rum. Bon, on en voit presque jamais en fait mais par contre la splendeur qu’est cet immense désert, ça on ne peut pas le rater. Par ici on l’appel également la Vallée de la lune, et quand on voit ces rocs monstrueux jaillit du sable et s’étendant à perte de vue on comprend aisément pourquoi. D’ailleurs le paysage fait tellement penser à une autre planète que les cinéastes viennent souvent y tourner quelques scènes comme dans « Transformers 2 » ou « Seul sur Mars ».

Désert du Wadi Rum

Louer les services d’un guide n’est pas déraisonnable pour s’aventurer sur cette étendue désertique. Premièrement parce que c’est une zone protégée et qu’il faut obligatoirement un ticket d’entrée. Puis parce que mine de rien ça reste un milieu hostile. Il est facile de s’y perdre et même si on ne les voit jamais, les scorpions et serpents mortels sont bien présent.

A vous de choisir si vous préférez le 4×4 ou le dos d’un dromadaire pour parcourir le désert. Le guide prendra soin de vous faire découvrir quelques-uns des 25 000 pétroglyphes disséminés un peu partout, retraçant les débuts de l’écriture alphabétique et de l’évolution de l’Homme.

Un rien émerveille ici. Ces dunes de sables, ces plantes improbables qui poussent en plein désert, ces arches naturelles ciselées par le temps, le plaisir de partager un thé avec les bédouins à l’ombre d’un rocher. S’arrêter l’espace d’un instant face au coucher de soleil, contempler cette étendue infinie et simplement déconnecter, profiter du moment présent.

A vous de choisir si vous préférez le 4×4 ou le dos d’un dromadaire pour parcourir le désert. Le guide prendra soin de vous faire découvrir quelques-uns des 25 000 pétroglyphes disséminés un peu partout, retraçant les débuts de l’écriture alphabétique et de l’évolution de l’Homme.

Un rien émerveille ici. Ces dunes de sables, ces plantes improbables qui poussent en plein désert, ces arches naturelles ciselées par le temps, le plaisir de partager un thé avec les bédouins à l’ombre d’un rocher. S’arrêter l’espace d’un instant face au coucher de soleil, contempler cette étendue infinie et simplement déconnecter, profiter du moment présent.

Puis il y a des camps dans le désert pour ceux qui auraient trop traîné. Je conseille carrément l’expérience. Etre là, au coin du feu, assis sous un ciel étoilé de malade, avec une bonne barbaque cuite longuement sous le sable comme le veux la tradition, le tout accompagner d’un bon thé et d’une petite musique de fond, que demander de plus ?

A l’aube, les premiers rayons du soleil ambrassent à peine les dunes de sable fraîchement refroidies par la nuit que je suis déjà en route. J’espère que vous bien installé, parce que je vais vous faire découvrir l’une des plus belles merveilles jamais érigées conjointement par l’Homme et la nature. Un véritable joyau creusé directement dans le roc il y a plus de 2000 ans, la cité Pétra.

La majestueuse cité Pétra

Une cité dont vous avez très certainement déjà dû entendre parlé. Mais croyez-moi qu’il n’y a pas de mots assez fort pour décrire cette merveille. La première fois que je l’ai vu, j’ai bloqué. Je suis resté figé sur place à contempler cette incroyable architecture et à me dire que « bordel, ils ont fait ça y’a plus 2000 ans les mecs. Mais comment ?

La cité Pétra

A son age d’or, elle était la capitale du royaume des Nabatéens, un peuple nomade d’origine arabe aujourd’hui disparu. Ils commerçaient de l’encens, des soieries et des épices et la cité était le carrefour entre l’Arabie, l’Egypte et la Syrie. Oubliée au fil du temps, la cité fut redécouverte il y a 200 ans par un explorateur suisse au court d’une cocasse aventure.

La cité regroupe près de 500 tombeaux savamment creusés dans la roche et conçus pour traverser les âges. Une atmosphère mystérieuse mais néanmoins envoûtante se dégage de leur ouvertures sombres.

La valeur exceptionnelle de la cité réside également dans l’architecture de ses temples ouvragés, ses hauts lieux religieux, ses canaux et tunnels. Plusieurs jours sont nécessaires si l’on souhaite faire le tour cette cité vermeille et découvrir ses anciennes habitations, ses rues à colonnades, ses obélisques, ses autels sacrificielles ou encore son imposant théâtre.

Si on prend un peu de hauteur, on s’aperçoit que Pétra est nichée au cœur d’un paysage à couper le souffle. Elle se confond parmi les nombreuses falaises et montagnes sur plusieurs kilomètres. Bref c’est sans conteste l’une des plus belles choses que j’ai vu.

La mer Morte

Dans le nord du pays il y a aussi une belle cité à découvrir. Rien de mieux pour s’y rendre que d’emprunter la route qui longe la mer Morte qui quant à elle à voir au moins une fois, et sans trop tarder. Bah oui, elle n’a jamais aussi bien porté son nom.. Le niveau de la mer diminue d’un mètre par an, une situation plutôt alarmante où comme d’habitude l’Homme en est la cause principale.

Mais il est encore temps de profiter de ce merveilleux spectacle que nous offre la nature. Et évidement, une petite baignade dans ce lac extrêmement salé s’impose. Avec presque 300g de sel par litre d’eau, là où les océans n’en possèdent qu’une trentaine de grammes, il est possible de flotter à sa surface sans aucune difficulté.

Dans le nord du pays il y a aussi une belle cité à découvrir. Rien de mieux pour s’y rendre que d’emprunter la route qui longe la mer Morte qui quant à elle à voir au moins une fois, et sans trop tarder. Bah oui, elle n’a jamais aussi bien porté son nom.. Le niveau de la mer diminue d’un mètre par an, une situation plutôt alarmante où comme d’habitude l’Homme en est la cause principale.

Mais il est encore temps de profiter de ce merveilleux spectacle que nous offre la nature. Et évidement, une petite baignade dans ce lac extrêmement salé s’impose. Avec presque 300g de sel par litre d’eau, là où les océans n’en possèdent qu’une trentaine de grammes, il est possible de flotter à sa surface sans aucune difficulté.

La cité Jerash

Bon aller, comme je le disais un peu plus haut, on change un peu de décore pour se retrouver en plein milieu de vestiges romains. Du moins c’est l’impression que donne la cité Jérash située dans le nord du pays.
Vaste et formelle, ses vestiges permettent de se replonger 2000 ans en arrière pour découvrir les splendeurs de l’empire romain orientale.
L’imposant Arc Adrien, marque la porte d’entrée de la cité, et domine la place ovale, considérée comme l’un des plus grand forum de l’empire.

De parts et d’autres on peut observer, marché, cathédrale, église et thermes. Les nombreuses colonnes témoignent de la splendeur passée, mais délimitent également des espaces dédié au culte de la déesse Artemis ou de Zeus, considérés comme les protecteurs de la cité.

Parmi ces colonnes, à l’horizon, il y en a certaines qui renvoient au présent. Depuis les tours des minarés de la capitale Amman, les muezzins appellent les fidèles à la prière.

Ces lentes mélopées nous rappellent que même si l’empire romain à un jour poussé les bornes de son territoire jusqu’à ces terres si lointaines, nous sommes tout de même en plein Moyen-Orient.

Mais bon, ça n’empêche pas de rencontrer un bon nombre de vestiges romains en se baladant dans les rues de la capitale et on sent quand même que le désert n’est pas très loin quand on regarde l’état de certaine voiture.

Entre deux ruines on peut tomber sur ce genre de splendeur. La mosquée du Roi Abdullah 1. Un site emblématique avec une salle de prière richement décorée.  

En résumé

Les gens sont vraiment accueillant ici. Des fois j’ai l’impression de le dire pour tous les pays que je visite. Mais en vérité j’étais partie avec un apriori, gardant un mauvais souvenir d’un séjour en Egypte où j’avais trouvé la population relativement agressive surtout quand je refusais de dépenser quelques livres égyptiens dans les échoppes. Mais c’est tout le contraire ici. On n’a aucune difficulté à décliner une offre et on est même assez aisément invité à boire un bon thé lors des différentes rencontres.

Bon comme d’habitude il y a beaucoup de choses dont je n’ai pas parlé. Jamais facile de faire le tour d’un pays en un petit article.. Je me dis toujours qu’après toutes ces années je n’ai toujours pas découvert toutes les richesses que recèles la France, comment pourrais-je présenter la totalité des merveilles d’un autre pays ?

Budget, visa, vaccins, drone, coutumes, dangers…

Pour être sûr de ne rien rater