L’île de la Réunion

  • Capitale : Saint-Denis
  • Langue officielle : Français, Créole Réunionnais
  • Décalage horaire : +2h en été / +3h en hiver
  • Temps de vol : Comptez 11h depuis Paris pour arriver à Saint-Denis
  • Monnaie : Euro (EUR)
  • Salaire moyen : 2270€
  • Drone : Autorisé
  • Période idéale : De mai à novembre

Budget, visa, vaccins, drone, coutumes, dangers…

Pour être sûr de ne rien rater 

Quelques conseils, mon itinéraire, mon budget

Mon aventure à la Réunion

Franck, en autarcie depuis 19 ans

Dans ma vision du voyage, je prends plaisir à me nourrir de l’expérience de vie des autres et à m’enrichir de ces rencontres. Et ici je vais te partager un petit bout de la vie de cet homme : Franck qui vit en autarcie dans cette forêt depuis 19 ans maintenant. Il a tout construit tout seul. Son électricité qui transite à travers des panneaux solaire, son eau potable qu’il puise depuis le haut de la montagne, sa nourriture qu’il obtient grâce aux poules qu’il élève, il n’a besoin de personne et se sent heureux comme ça.

Franck

Franck n’a jamais connu ses parents. Il a été élevé dans un orphelinat qu’il a quitté dès qu’il en a eu l’occasion. Depuis il mène une vie de grand solitaire. A 35 ans c’est le début de la descente aux enfers. Des gens lui veulent du mal pour une histoire qui restera assez floue. Ils essaieront à plusieurs reprises de le tuer et iront jusqu’à engager un marabout pour lui lancer un sort mortel. Franck, arrivant au bout de ce qu’il peut supporter passera à l’acte et assassinera l’un des gaillards. Suite à ça il fera 11 ans de prison. C’est à sa sortie qu’il part s’isoler du reste du monde dans sa forêt. Aujourd’hui il se sent nuit et jours persécuté par des esprits. Est-ce un brin de folie ? Je ne sais pas. Il m’a d’ailleurs expliquait que le sort lancé contre lui avait en partie fonctionné et que c’est entre autre pour ça qu’il avait perdu ses dents du jour au lendemain.

Pourtant, malgré ses méfaits, j’ai en face de moi un homme qui dégage une gentillesse incroyable. Étrangement j’éprouve même à son égard un profond respect. Est-ce parce qu’à travers ses yeux je lis une profonde tristesse ? Est-ce parce que je sens une volonté de vivre et d’aller toujours de l’avant, je l’ignore. Quoiqu’il en soit ce genre de rencontre ébranle tes pensées négatives et te permet de relativiser. Tu regardes moins ton nombril et tu te rappelles que la vie n’épargne personne. Parfois, c’est ce genre de rencontre qui t’aide à passer à l’action.

Le Piton de la fournaise

Les tunnels de lave

Aller, continuons ce périple. Passons par les tunnels de lave que je vous fasse découvrir le cratère d’un des volcans les plus actifs de la planète.

Aller, continuons ce périple. Passons par les tunnels de lave que je vous fasse découvrir le cratère d’un des volcans les plus actifs de la planète.

Les tunnels de lave sont des sortes de grottes qui se forment quand le Piton de la Fournaise entre en éruption. La lave se refroidie en surface et forme une croûte solide à l’intérieur de laquelle le magma continue de couler. Lorsque le volcan se calme, les tunnels se vident ce qui forme ces galeries sur plusieurs kilomètres et le magma refroidie par l’océan fait gagner plusieurs hectares de terre à l’île.

Les tunnels de lave sont des sortes de grottes qui se forment quand le Piton de la Fournaise entre en éruption. La lave se refroidie en surface et forme une croûte solide à l’intérieur de laquelle le magma continue de couler. Lorsque le volcan se calme, les tunnels se vident ce qui forme ces galeries sur plusieurs kilomètres et le magma refroidie par l’océan fait gagner plusieurs hectares de terre à l’île.

Pour ceux qui se posent la question, il n’y a pas d’odeur particulière la dedans. La température avoisine les 25 degré à l’intérieur, et à des moments on a vraiment l’impression d’être tout prêt du cœur du volcan.

A l’extérieur c’est une terre de désolation, ravagée par les nombreuses éruptions. La végétation est inexistante sauf en bord de mer où elle a su reprendre ses droits sur d’anciennes coulées de lave . Se retrouver face à ce monstre laisse sans voix et rappel à quel point on est qu’un minuscule grain de poussière dans l’univers.

Le Piton de la Fournaise. Bien que d'ici on dirait une simple colline !

Kelonia, centre de protection des tortues marines

Dans ma vision du voyage il me tient à cœur de découvrir le travail d’hommes et de femmes qui œuvrent pour la protection animal. Ça me réconcilie un peu avec l’espèce humaine et partager leurs actions est ma manière de les soutenir dans leur démarche altruiste. Donc ici c’est l’occasion pour moi de vous faire découvrir Kelonia. C’est un aquarium, un musée ouvert au public, mais c’est surtout un centre d’intervention, de recherche et de soin consacré aux tortues marines. 

L'une des tortues du centre Kélonia

La partie publique permet de les observer dans un milieu proche de leurs conditions de vie naturelle. L’objectif ici est de sensibiliser les gens à la cause environnementale et de leur faire comprendre qu’à leur niveau ils peuvent avoir un impact important sur l’écosystème tant de manière positive que négative. Il faut savoir que la plupart des tortues se retrouvent dans le centre par la faute de l’Homme. Choc contre un bateau, pêche involontaire, braconnage (oui, il y a certain pays où l’ont convoite leurs écailles) ou encore l’ingestion de ces satanés déchets plastiques que 95% des tortues récupérées ici ont ingérées. En moyenne par tortue c’est 150g de connerie sortie de leur estomac. Des chiffres alarmant qui en disent long sur l’état des océans et donne envie d’agir pour changer ça.

Dans la partie soin on retrouve différents bassins dédiés aux tortues blessées ou malades. Ainsi, quotidiennement les soigneurs de Kélonia s’occupent du nettoyage des bacs, ils brossent les tortues pour éliminer les algues, ils les nourrissent, ils les soignent, ils les prennent en photos pour pouvoir les identifier, ou font de la prévention antiparasitaire. Je ne cite là qu’une infime partie de leur boulot, mais croyez-moi que rien que ça, c’est déjà un travail énorme.

Un peu partout au détour de mes voyages je croise des associations qui luttent pour la protection animale et environnementale. Mais les actions sont encore trop éparses sur le globes et peinent à changer les choses face au menfoutisme de multinationale s qui n’hésitent pas à produire toujours plus de plastique par exemple. Et c’est pour cette raison qu’il me tient à cœur de partager le travail de ces gens. Car je sais que vous, nous tous ensemble, pouvons faire bouger les choses à notre niveau.

Et la nature à la réunion ?

Bon il est peut être temps que je te fasse découvrir la richesse naturelle de cette île. Dans ce cas bienvenue à Cilaos, l’un des trois immenses cirques de la Réunion. Accessible grâce à une unique route sinueuse appelée la route des 400 virages, Cilaos est également le nom de cette petite bourgade paisible, aux maisons colorées, qui attire le touriste pour ses thermes et pour son trésor gastronomique : les lentilles. A moins peut être que ça soit pour le vin, vu que c’est le seul endroit de l’île où l’on en produit encore.

Cascade de Langevin

Le cirque de Cilaos

Cilaos signifie en gros « l’endroit qu’on ne quitte jamais ». Et il est vrai qu’une fois qu’on a goutté au patrimoine naturel incroyable du lieu, tout du moins quand la végétation n’est pas noyée dans les nuages, il devient difficile de faire demi-tour. 

L’attrait de Cilaos réside surtout dans ses nombreux départs de randonnée qui permettent de s’enfoncer dans une végétation luxuriante et de gravir les reliefs tourmentés afin d’y découvrir depuis leur sommets les plus beaux panoramas de l’île.

Le Piton Des Neiges

Vue depuis le sommet du Piton des Neiges

Et quand on parle de montagne à la Réunion, on évoque forcement le vertigineux Piton des Neiges, le plus haut sommet de l’océan indien culminant à un peu plus de 3000 mètres. Arriver au bout de ce monstre constitue un bel objectif qui demande un certain effort à maintenir sur pas moins de 5 heures de marche. Là-haut les températures avoisinent le 0 degré, et il n’est pas rare de voir apparaître du gèle. Bien que le Piton réserve sa magnificence à Cilaos, il côtoie tout de même les deux autres cirques. 

Le cirque de Mafate

On retrouve donc celui de Mafate, le plus sauvage des 3, dont les seules portes d’entrées sont des chemins de randonnée. Pas de véhicules à moteur ici, si ce n’est l’hélicoptère qui approvisionne les villages. Pour les moins courageux qui ne souhaitent pas se lancer dans une randonnée, il est tout de même possible de profiter de Mafate et de ses remparts vertigineux depuis les hauteurs.

Le Piton Maïdo

Le Piton Maïdo, un autre sommet montagneux de l’île qui est facilement accessible en voiture, et qui vous fera profiter d’une vue imprenable sur le cirque situé 1000 mètres plus bas.

Vue sur le cirque de Mafate depuis le Piton Maïdo

Le cirque de Salazie

Cirque de Cilaos

Et puis il y a le dernier cirque, celui de Salazie. le plus simple d’accès mais qui n’a rien à envier aux deux autres avec ces nombreuses cascades argentées entourées d’une végétation toujours aussi abondante.

Au cœur de Salazie est niché le paisible village de Hellbourg au charme bucolique. Ses maisons typiques et colorées, son atmosphère reposante on fait de ce lieu idyllique une référence parmi les villages car il possède le label «  plus beau village de France  ».

En résumé

Concrètement si je devais vous faire la visite complète des incontournables de l’île cela prendrait une vie entière tant la nature est riche de surprises. Une végétation foisonnante, des cascades dans les hautes montagnes, un océan aux pieds d’un volcan avec même quelques plages, ce qui est plutôt rare pour une île volcanique.

Mais il n’y a pas que le patrimoine naturel qui est incroyable. L’autre force de cette île vient de sa population éclectique venue de tout l’océan indien. Malgaches, comoriens, africains, indiens et chinois se partagent le caillou volcanique. Il n’est donc pas surprenant de tomber sur un temple asiatique ou sur une fête chinoise en plein milieu de Saint-Denis, la capitale de l’île.

 

Budget, visa, vaccins, drone, coutumes, dangers…

Pour être sûr de ne rien rater 

Quelques conseils, mon itinéraire, mon budget